INNOVER, ENGAGER, TRANSFORMER

Avant/après : le dress code au travail

Si, pendant des décennies, le dress code au travail était plutôt « figé », le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a beaucoup évolué. Alors quels sont les tendances et les limites de ce « new dress code » ?

Un marqueur essentiel de la culture d’entreprise

Vous le savez, la culture d’entreprise s’exprime de différentes manières (la communication, la gestion du temps de travail…), dont le dress code. C’est pourquoi, dans des univers dans lesquels on attend avant tout de la rigueur comme les banques, les assurances ou l’audit, le costume cravate ou le tailleur sont toujours de mise. En effet, même si cela ne remet pas du tout en cause les compétences des collaborateurs, il s’agit de l’image que la structure renvoie aux clients. À l’inverse, le « non dress code » a, depuis des années, investi des secteurs professionnels comme l’art ou la communication. C’est ainsi qu’un habillement de type casual a vu le jour, car il s’agit encore de l’image de l’entreprise. Une agence de communication se doit d’être dynamique et créative… et cela doit se voir !

Quel dress code adopter aujourd’hui au travail ?

Marqueur de la culture d’entreprise et de ses valeurs, un dress code doit finalement… vous correspondre ! En effet, c’est à vous, en tant que chef d’entreprise d’instiller cette culture vestimentaire au sein de votre structure. Donc votre style vestimentaire est un peu celui que porteront vos salariés. Et pour cela, vous pouvez vous appuyer sur un fait établi dans cette étude du cabinet IWG (désolé, elle est en anglais). Ainsi, 59 % des sondés considèrent comme finies les tenues formelles et 55 % d’entre eux travaillent mieux quand on les laisse s’habiller comme ils le souhaitent.
Donc à moins que vous n’ayez des exigences particulières (autres que liées à des contraintes sanitaires par exemple), laissez-leur du champ.

Devez-vous tout autoriser pour autant ?

La réponse est assez claire : non ! Et pour cela, l’établissement d’un règlement intérieur va vous aider. En effet, un employé peut considérer que le « claquette/chaussette » est très agréable, mais il s’agit pour autant d’un lieu de travail. Le plus intelligent consiste (comme toujours) à faire preuve d’écoute et d’impliquer vos collaborateurs dans cette démarche. Vous serez peut-être surpris de leurs envies, à l’instar des formal Fridays d’Airbnb. A l’opposé des Friday wear en mode casual, ceux-ci consistent à bien s’habiller un jour, voire de remettre une cravate… étonnant, non ?

Le dress code, c’est aussi une question de loi

Pour conclure ce sujet, il est bon de rappeler une petite notion. En effet, il faut distinguer le dress code des vêtements de travail (les uniformes ou vestes par exemple) et des EPI (équipements de protection individuelle comme des chaussures coquées). Ces derniers sont obligatoires et figurent dans le règlement intérieur de l’entreprise… et sont donc non négociables. Ceci dit, si vous le souhaitez, vous pouvez laisser à vos salariés le choix de les personnaliser, histoire d’égayer la chose.

Gérer les cookies